Rechercher
  • Catherine GASTON

Du Chant au Féminin blessé, une histoire de Femmes


Une très belle expérience aujourd'hui en consultation avec une personne qui s'est remise au chant afin de se connecter au Divin en elle.

Sa problématique : Elle se désespère de ne pas ressentir d'émotion profonde par le biais du chant.

Des extraits de séance vous sont proposés ici (qui respectent l'anonymat de la consultante) afin de saisir toute la puissance du tarot dans sa dimension psychologique, dans ses symboles visuels qui déclenchent l'intuition, et dans sa démarche de guidance.


Le premier arcane en lien avec son questionnement : l'étoile (17)

La bouche est au niveau du nombril ... "chanter avec ses tripes" est une expression qui prend ici tout son sens pour cette personne.

Il importe d'être vraie, authentique, sans fioriture (la femme est nue).

Le croissant de lune sur le front vient rajouter cette dimension de chant inspiré.

C'est en se laissant traverser par les mots, par les sons, par sa voix, qu'elle laissera partir toutes les douleurs du passé, tous les barrages émotionnels qu'elle a construit toutes ces années (la femme verse de l'eau dans une rivière qui coule, elle est tournée vers la gauche, vers le passé).


Le nombril c'est aussi le lien à la mère, le cordon ombilical.

Elle confirme que sa maman récitait des poèmes d'une façon telle que les gens qui l'écoutaient avaient les larmes aux yeux, et que sa fille est une conteuse hors pair. "Comment à mon tour émouvoir en m'exprimant, afin de m'insérer dans cette lignée de femmes ?" demande-t-elle.

L'émotion ne se commande pas ! Elle vous prend par surprise au détour d'une chanson, d'un poème, d'un film, d'une parole.


L'étoile ici parle alors du féminin blessé (la femme est à genou). Qu'est ce que cette lignée de femmes a à guérir ?


Posons un arcane pour la grand mère, pour la fille et finissons avec une lame pour la consultante :

La grand mère a la lune et le 2 de Bâton : la maman de la consultante a certainement eu une mère (la lune) qui n'a pas facilité l'expression du féminin à sa fille (2 de bâton)


La fille a le jugement et le 2 de Deniers : elle a eu beaucoup de mal à investir (2 de deniers) son féminin dans sa famille. Des critiques certainement, un statut de femme nié, un manque d'estime d'elle-même (le jugement)


La consultante a le diable et le 9 de Bâton : il lui a été difficile toute sa vie de se définir (féminin ou masculin ?) étant de type androgyne (le diable, avec des seins et un sexe masculin), contrairement à sa mère et à sa fille qui ont toujours eu des "formes" voluptueuses.


Si l'on additionne le 20, le 18 et le 15 (jugement, lune et diable) nous avons l'arcane 8, la justice (après réduction théosophique) ... qui nous parle de légitimité, de liens de sang, de clan, de prendre sa place.


Il est conseillé à la consultante d'accueillir aujourd'hui son identité, sa différence d'apparence par rapport à sa mère et à sa fille (par le chant, par exemple ... pourquoi ne pas écrire ses propres textes ?)





44 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout